Besoin d'aide avec votre enfant? Pensez psychoéducation!

Posté le 18/11/2015


 

Besoin d'aide avec votre enfant?  Pensez psychoéducation!

par Marie-Eve Giguère, psychoéducatrice

 

Vos enfants se disputent sans arrêt? La routine du coucher est interminable? Et les grosses colères, les repas difficiles, le manque de respect sont des facettes de votre quotidien? Votre enfant est maladroit dans la sphère sociale, il vit de l’intimidation ou l’anxiété paralyse son fonctionnement? Savez-vous qu’un psychoéducateur peut vous aider?

En tant que parents, nous cherchons parfois une aide extérieure afin de nous éclairer et nous guider sur le développement ou les comportements de notre enfant. Si certaines professions sont reconnues pour le type d'aide qu'ils peuvent offrir (ex. orthophonie), d'autres comme la psychoéducation demeurent moins connues.

Pourquoi entend-on peu parler de psychoéducation? Je crois qu'il existe une perception que cette profession soit dédiée aux situations complexes ou aux troubles de comportement chez les adolescents. Et pourtant... !

La psychoéducation s'adresse à une grande variété de personnes, de tous âges et avec des besoins divers.

On retrouve ainsi la psychoéducation dans :

  • Les Centres de la Petite enfance (CPE)
  • Les CLSC (CSSS)
  • Les écoles régulières
  • Les cliniques privées 
  • Les unités spécialisées pour le traitement des troubles alimentaires
  • Les milieux gérant des adultes ayant été victimes d'un accident du travail
  • Bien d’autres milieux…


Trois facettes de la psychoéducation avec les enfants

1. Présent, au bon moment : L'observation prend une place importante dans la cueillette d'informations sur une situation. Les observations sont planifiées selon le moment et le lieu où les difficultés sont plus présentes (ex: l'heure du coucher, période de repas, lors de récréations à l'école, quand l'enfant fait une grosse colère, etc.)


2. Pratico-pratique : le psychoéducateur(trice) cherche à faciliter les apprentissages et l'adaptation en planifiant les interventions dans les contextes les plus réels possible, dans le quotidien des gens.

 

 Discussion au repas familial où la psychoéducatrice enseigne et soutien la famille à utiliser une image de bouche et des images d'oreille afin de faire pratiquer le tour de parole et aider à développer l'écoute.

☻Organisation et animation d'une chasse aux trésors entre deux frères pour développer les habiletés de coopération.

☻Jeu de société avec la consigne de communiquer respectueusement et petite surprise à gagner pour la personne qui le fait le plus souvent.

☻Visite matinale de la psychoéducatrice un jour de semaine pour pratiquer l’organisation dans la routine du matin avec des pictogrammes (petites images).

☻Jeu de rôle avec une fillette pour mettre en pratique différentes façons de réagir à l'intimidation.

☻Création et mise en place d’un plan d’entraînement à la toilette pour un enfant autiste de 7 ans.


3. Perception des difficultés : Le concept d'adaptation est au coeur des interventions en psychoéducation. Le psychoéducateur cherche d’emblée à interpréter les comportements (ex: frapper, lancer, avoir de la difficulté à faire respecter des règles, pleurer, faire une fugue...) en mettant de l’avant la notion que le comportement représente la façon dont la personne s'adapte aux demandes de son environnement.

 

L'intervention se fait donc à deux niveaux :

  1. AVEC L’ENFANT qui présente des difficultés d'adaptation, pour augmenter ses stratégies pour répondre aux demandes de l'environnement.
  2. AVEC L’ENTOURAGE DE L’ENFANT (école, travail, famille, loisirs...) afin de voir comment adapter les lieux physiques, les règles, les attitudes, la façon de communiquer, etc..

Voici donc un exemple de différentes formes d'intervention :

 

Prenons l'exemple d'un jeune garçon de 10 ans se dit stressé d'aller à l'école.

Après avoir rencontré le jeune, la famille et le milieu scolaire pour évaluer les causes potentielles du stress vécu, ces interventions ont été mises en place :

  • AVEC LE JEUNE, la psychoéducatrice lui a expliqué ce qu'est le stress et l'anxiété et lui a proposé différentes stratégies de gestion. Elle l'a incité à identifier 3 stratégies qu'il jugeait pertinentes pour lui (écouter de la musique, prendre de grandes respirations, boire de l'eau). La psychoéducatrice l'a accompagné à l'école, lui a fait pratiquer les stratégies choisies et évalué l'impact de celles-ci sur son anxiété. Un aide-mémoire lui a été remis et une grille d'auto-évaluation imagée afin de suivre l'évolution de sa capacité à gérer son anxiété. 
  • AVEC LES PARENTS, la psychoéducatrice les a rencontrés pour les aider à comprendre le stress vécu par leur enfant, a souligné positivement les adaptations qu'ils ont faites afin que leur fils fasse ses devoirs en étant motivé et moins distrait, leur a expliqué les stratégies proposées à leur fils, les a incité à développer le réflexe d'accompagner leur enfant à utiliser ses stratégies lorsqu'ils le voit stressé, les a guidé à adapter leurs interventions parentales de façon à ne pas valider l'anxiété de leur enfant en faisant les choses à sa place et les a encouragé à modifier leur horaire familial afin que le sommeil de leur enfant soit plus stable (ce qui est reconnu pour améliorer la gestion du stress).
  • AVEC L’ÉCOLE, la psychoéducatrice a validé le parcours scolaire et le fonctionnement social du garçon, a informé les personnes impliquées de la façon d'accompagner le jeune dans l'utilisation de ses stratégies et leur a proposé de limiter le nombre de rappels verbaux faits directement au garçon du temps restant dans un examen.


Le but des interventions en psychoéducation est donc d'amener la personne et son entourage à un niveau d'adaptation optimal.

 

Le travail en étroite collaboration avec les éducateurs spécialisés est de plus en plus courant et façon générale. Dans ces contextes, l’analyse de la situation et la planification des interventions demeurent des tâches du psychoéducateur (trice) alors que l’intervention dans les différents milieux de vie est réalisée par l’éducateur spécialisé.

 


À RETENIR :

Pensez psychoéducation si vous souhaitez :

• Avoir un point de vue extérieur sur des difficultés émotionnelles, relationnelles, comportementales de votre enfant.
• Comprendre le sens des comportements de votre enfant.
• Être accompagné dans vos interventions avec votre enfant.
• Une approche positive, rigoureuse et concrète.


« Demandez de l’aide ne signifie pas que vous êtes faibles, mais seulement que vous souhaitez rester forts. » Franck Nicholas

 

Marie -Eve ❈

 

Vous avez manqué nos billets précédents? Accédez-y avec ce lien