6 idées pour travailler la motricité fine des enfants avec un cadeau de Noël

Posté le 06/12/2017

6 idées pour travailler la motricité fine des enfants avec un cadeau de Noël

 

Par Anne Kernisan, ergothérapeute

 

Plein de cadeaux à emballer?

Des enfants qui courent partout?

 

Prêt Partez! Vous êtes en forme pour le marathon de la motricité fine.

 

 

1. COUPER…

Il faut bien séparer tout ce beau papier, impossible de tout utiliser sur un seul cadeau.

Enfants trop jeunes? Non! Fournissez une petite paire de ciseaux sécuritaire (celle qui ne coupe que du papier) et sacrifiez un morceau ou deux de papier. Vous serez ravis de constater que croquette peut faire des petites entailles sur la feuille, tout en expérimentant avec différentes façons de tenir les ciseaux. Bref, explorez! Go! Go! Gardez un œil quand même…parfois les enfants ça trouve moyen de se blesser avec un rien :-0

Grands enfants d’âge scolaire? Confiez-leur la tâche de découper pour vous! Inquiet en ce qui a trait au résultat final? Fournissez du papier journal ou autre afin qu’ils puissent pratiquer avant d’effectuer la vraie coupe! C’est un désastre? Faites le plein au magasin à un dollar le plus proche. Avec de la pratique et motivation, cela risque fortement de s’améliorer.

Psst… Pour des stratégies pour vraiment travailler de façon précise le découpage, je vous conseille fortement de demander au Père-Noël le livre suivant : L’Apprentissage du découpage chez l’enfant de l’auteure Josiane Caron Santha, ergothérapeute.

Bon poursuivons, la pub ce n’était pas mon but -;-)  

 

2. PLIER… 

Quelle activité géniale pour stimuler l’usage complémentaire des deux mains et la précision motrice!

Vous serez surpris de voir croquette essayer diverses stratégies pour parvenir à l’alignement parfait du papier afin de pouvoir sceller ledit cadeau. Maintenant, soyez indulgents; le résultat final c’est relatif. Grand-maman pompon sera ravie de savoir que la progéniture de sa progéniture a scellé son cadeau avec amour. De plus, plier du papier incite l’utilisation du bout des doigts…TSÉ… les mêmes bouts de doigts nécessaires pour la manipulation des boutons, fermeture éclaire et tout le tralala… Souvenez-vous toutes les fois que vous accourez en sauveur parce qu’il/elle se fâche lorsqu’il n’y arrive pas du premier coup.

  

3. COLLER…

Avec du papier collant? De la colle blanche liquide? De la colle en bâton? Les possibilités sont nombreuses. Vous sentez-vous d’aplomb pour la gestion de la colle blanche liquide qui se faufile sur les petits doigts, meubles, vêtements ou autres endroits impossibles à nettoyer? Choisissez selon vos capacités de gestion de désastre naturel! Mais sachez que chaque médium est une source infinie de découverte et d’exploration sensorielle. Le papier collant, c’est le moins dommageable à mon humble avis. Mais quelle joie d’en avoir partout, d’expérimenter le déroulement du ruban et se trouver tout pris/collé! Une belle source de prise de conscience des différents doigts de la main. Et ceci surtout pour les croquettes qui sont moins conscientes et ont moins tendance à utiliser leurs doigts et mains de façon diversifiée.

 

 

4. FROISSER…

Bon! Rien ne va plus! Croquette ne saisit pas pantoute! Ok, pas de panique! Comment adapter l’activité tout en travaillant la motricité fine? Et si on faisait des boules avec le papier? Cela va réveiller tous les petits muscles des doigts et paumes des mains. En passant, je vous défie de froisser le papier juste avec une main qu’on garde dans les airs! Hihihi des heures de plaisir. Ben là, je vous vois venir à dix mille à l’heure…Mme on fait quoi avec les boules froissées? Et moi de répondre : Ben voyons, on les utilise comme boules de Noël sur le sapin voyons! Bon, on peut toujours les balancer à la récupération aussi si ça ne matche pas avec notre kit déco de Noël. Pas besoin de faire un concept avec tout.

 

 

5. CRAYONNER…

Sortez les « wipes » on va tenter de dédicacer lesdits cadeaux, une fois emballés. Faut ben savoir à qui le fameux cadeau, non! Votre enfant aime écrire? Let’s go! On sort les étiquettes cadeaux autocollantes (ou pas, on en fabrique nous-mêmes…Tsé plier, découper, coller etc.) et on s’applique à produire notre écriture la plus lisible. C’est un être humain qui déambule encore a 4 pattes…bon on peut sortir les marqueurs LAVABLES…et les laisser expérimenter sur une étiquette sur lequel on a déjà écrit le nom de l’heureux élu. L’humain à 4 ans et aime bien dessiner? On peut faire un petit dessin qui représente grand-maman pompon. Bon à partir de là je vous laisse courir, ça peut aller dans toutes les directions.

Alors je vous souhaite à vous et les petites versions de vous mêmes, de bonnes séances d’emballage de Noël!

Un p’tit extra avec ça? 

 

 

 

6. BOUCLER… 

Un cadeau c’est vraiment mignon avec une boucle non? Tsé c’est comme faire des lacets, donc nul besoin de vous dire que ce n’est pas un objectif réaliste pour croquette qui se débat avec ses velcros de souliers. Bon, vous me connaissez maintenant…hihihi comment rendre cette activité accessible a tous les coco/cocottes? Je ne sais pas! Oui, ce n’est pas la réponse attendue. Non je blague je sais (ou je pense savoir LOL). Mais à ce stade de la course, vous êtes comme des étalons, rien ne peut vous arrêter. Vous pétez le feu. Sachant que l’action de faire des boucles requiert :

  1. Une précision sans pareille de la coordination des deux mains 
  2. Une maîtrise des gestes calculés et précis 
  3. L’action dissociée de chaque petit doigt et muscle de la main 
  4. La capacité de pouvoir faire un nœud 
  5. Et plein d’autres choses… ;

… Pour l’instant, je ne peux que vous dire d’être créatif et indulgent avec le fruit de vos entrailles hihihi ! Vous avez soif d’en savoir plus sur les boucles? Je vous promets d’assouvir tout ça en 2016 dans un prochain billet!


Anne ❄

 

Vous avez manqué nos billets précédents? Accédez-y avec ce lien