Savez-vous parler en silence?

Posté le 19/10/2015

Savez-vous parler en silence?

Savez-vous parler en silence?

Par : Éliane Boulanger-Racine, Éducatrice spécialisée

 

 

Celui qui écoute l'autre est plus actif que celui qui parle. Écouter demande de l'attention mais aussi l'effort et l'humilité de comprendre.

Auteur inconnu

 

À la base, l’écoute vient du sens de l’ouïe, qui provient, elle, des oreilles. Mais je crois ne rien vous apprendre en vous mentionnant cela. Seulement, on a beau savoir d’où elle vient, beaucoup trop de personnes ne savent pas comment l’utiliser. Le fait d’entendre se fait automatiquement, c’est un réflexe auditif. Par contre, ce n’est pas parce que l’on entend que l’on comprend. Si quelqu’un cri à côté de vous, mais que vous êtes concentré sur une autre tâche, vous entendrez le cri mais vous ne comprendrez peut-être que la personne vous cri de lui ouvrir la porte, car elle a oublié ses clés dans la maison. Vous aurez donc écouté sans comprendre.


Il y a deux types d’écoute:

        1.  Écoute anxieuse 
        2 . Écouter pour comprendre 

 

L’écoute anxieuse
Ce type d’écoute n’est pas volontaire chez la personne. Elle écoute afin de répondre à ses propres besoins. L’humain a tendance à appréhender les évènements. Il arrive parfois que l’on ressente du stress et/ou de l’anxiété durant une conversation avec quelqu’un. Ce sentiment créer un besoin de contrôle qui peut porter à vouloir préférer parler et que l’autre se taise ou bien à argumenter pour avoir raison plutôt que d’écouter d’une façon plus empathique et de laisser la situation évoluer telle qu’elle est. Cette écoute se termine très souvent en conflit.

 

Écouter pour comprendre
Ce type d’écoute consiste à laisser de côté ses propres besoins pour mieux comprendre le besoin exprimé par l’autre.

 

Écouter pour comprendre, c’est parler en silence.

 

Par notre silence, nous communiquons à l’autre qu’il est important. Afin d'écouter pour comprendre, il faut être en mesure de calmer sa propre anxiété pour mieux comprendre le message. Bien qu’il y aura beaucoup de silence, souvent, il y aura aussi des questions de clarification telles que :

  • Que veux-tu dire par là?
  • Pourrais-tu me donner un exemple? 
  • Es-tu triste ou fâché?

 

Les deux personnes sont beaucoup plus à l’aise de se parler car elles se sentent considérées l’une par l’autre. Cette écoute, à l’inverse de la première, entraîne un sentiment de plénitude, de calme et de contrôle partagé de la situation. Elle permet aux personnes concernées de trouver des solutions et de les évaluer selon les désirs et les besoins de chacun. Nos besoins propres doivent être exprimés mais ils ne doivent en aucun cas écraser les besoins de l’autre.

L'enfant grandit en se forgeant une estime de lui-même. En lui permettant d'apprendre l'écoute pour comprendre, il s'épanouiera non seulement en tant que personne à part entière, mais aussi dans la société. Il sera en mesure de découvrir qu'il a sa place, mais que les autres aussi ont la leur. Commencez par aider votre enfant à verbaliser ses émotions. Il verra que votre compréhension lui fait du bien et aura envie de rendre la pareille à ceux qui l’entourent.

 

Alors, êtes-vous prêt à écouter pour comprendre?


Éliane ✽ 

 Vous avez manqué nos billets précédents? Accédez-y avec ce lien